Quelque Part

L'Alliance entre l'Oubli et l'Espoir prend petit à petit de l'avance... Le monde merveilleux de Quelque part va-t-il survivre ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...

Aller en bas 
AuteurMessage
Sirwen, yeldë Isilwen
Jade Sfar
Sirwen, yeldë Isilwen

Nombre de messages : 629
Localisation : Au bord du Fleuve d'Enr
Date d'inscription : 02/01/2005

Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:37

Sur les êtres immortels, on dit souvent que le temps n’a pas de prise… Oui, après tout, que sont vingt années, ou même cent, pour quelqu’un destiné à en vivre plus de quelques milliers, et qui en a autant derrière lui ? Alors deux ans… Deux ans, ce n’est rien. L’équivalent d’une journée, d’une minute, même, du point de vue d’un être humain.

Pourtant, ces deux années-là n’ont jamais parues si longues à l’être immortel qu’est toujours Sirwen. Pourquoi ? Elle n’a pas eu besoin de se le demander bien longtemps… La vérité lui est apparue, toute simple. Et si évidente… Même le temps a de l’emprise sur les Elfes, lorsqu’il est lié à l’amour. C’est tout ce qu’elle avait à savoir… La seule chose qui lui fasse prendre conscience du temps qui passe, c’est l’amour qu’elle porte pour l’être qui n’est pas là. Ainsi, quand il est à ses côtés, le temps lui paraît bien trop court, toujours… Alors que son absence rend même les secondes interminables…
Voilà la première leçon que Sirwen retiendra d’une attente qu’elle voudrait ne plus jamais avoir à vivre… L’attente, même, est encore plus douloureuse que l’idée que Derfel ne viendra pas. Car cette idée lui semble si irréelle, qu’elle ne la craint même pas… Au fur et à mesure de ces deux années passées à réfléchir, à s’arrêter sur ses propres actes, elle a fini par comprendre autre chose.

Derfel avait raison… Il avait raison quand il disait qu’elle avait parfois tendance à le prendre pour l’enfant qu’il était autrefois, et qu’elle le considérait de la même manière que Darien. Sirwen sait maintenant d’où vient cette méprise… De ces vingt années passées à ruminer des souvenirs, sans conscience réelle du temps. De ces vingt années où elle ne s’est souvenue que du petit écuyer de onze ans qui avait fait chavirer son cœur. Voilà son erreur… lorsqu’elle l’avait revu, il n’était plus ce petit garçon, mais elle avait tellement eu l’habitude de le voir comme tel, que l’image était trop dure à effacer…

Mais elle ne commettra pas cette erreur deux fois de suite. Car à présent, de ces deux interminables années, elle n’avait cessé de songer à lui… pas à ce petit garçon bien trop lointain à présent, quoi que toujours présent, lui et sa jolie violette… Non, elle n’avait songé qu’à ce Chevalier qu’elle rêve qu’il devienne. Qu’à ce jeune et beau Demi-Dieu, ses yeux oranges, ses cheveux noirs, ses mains, sa bouche… Bref, passons. Tout cela pour dire qu’elle a définitivement cessé de voir un enfant à travers lui, c’est certain…

Pourtant, de ces sentiments, il n’est rien transparu durant son attente. Elle s’est tout bonnement fermée au monde extérieur en ce qui concerne cet épisode de sa vie, et n’a plus jamais mentionné ce détail, ni devant Darien, ni devant qui que ce soit. Pour compenser un manque douloureux, elle s’est mise en devoir d’être toujours occupée à quelque chose, à rendre service au gens… à se sentir utile.
Et plus que tout, elle a rabattu tout son besoin d’affection sur son fils, le protégeant de tout ce qui pourrait lui être néfaste, et lui offrant tout l’amour qui soit possible. Et plus il grandit, plus il ressemble à Derfel… et plus elle est fière de ce qu’il va devenir.

Pour sa part, quand elle ne s’occupait pas de son fils – car il n’était pas tout le temps à ses côtés, pour son plus grand désarroi – Sirwen s’occupait surtout de ses fonctions de Demi-Déesse, s’y investissant à fond, culpabilisant de ne pas y avoir songé aussi bien qu’elle l’aurait dû. Dès le lendemain du mariage, elle avait décidé de rejoindre son grand-père, laissé sur le Monde Lunaire, pour continuer avec lui la quête qu’ils avaient commencée à entreprendre, pour venir en aide à Royan, et comprendre ce qui arrivait aux Nomades. Heureusement pour elle, le temps étant discontinu d’un monde à l’autre, Hector ne l’attendait que depuis quelques heures, et non pas quelques semaines… Ensemble, ils s’étaient rendus jusque chez les Nomades, pour essayer d’éclaircir le mystère. Sirwen s’était également occupée de ses autres protégés, avec autant d’attention que possible, se débrouillant toujours pour ne jamais croiser Derfel sur ce monde…

Elle avait également décidé de s’installer non loin du fleuve d’Enr, à quelques centaines de mètres de Lévon, Keela et Enimia. Mais elle n’avait pas fait construire une maison… Au lieu de cela, elle s’était engouffrée dans la forêt voisine avec son fils, et après avoir choisi l’arbre parfait, avait utilisé ses pouvoirs de manière à créer de toute pièce un abri confortable de branche, de mousse, de fleur et de liane entremêlées… au milieu des arbres. Il n’était peut-être pas très prudent de faire vivre un gamin de quatre ans avide de hauteur, dans une maison à dix mètres du sol, en équilibre, et parsemée d’escalier mouvants, de lianes et autres moyens de passer d’une pièce à une autre, tout aussi dangereux…
Mais Sirwen s’y sent encore très à l’aise, et elle savait faire confiance à Darien… La preuve, il n’est jamais rien arrivé de grave qu’elle n’ai pu réparer.

Mis à part cela, elle n’en a pas pour autant oublié ce nouveau frère dont elle a fait la connaissance au mariage de Lùthien et Fëanor… Il l’a tellement touchée, qu’elle a vraiment eu envie de faire quelque chose pour l’aider, et durant ces deux ans, elle a tout fait pour qu’il se sente comme un enfant normal. Un enfant aimé, en somme… Elle lui parlait très souvent par télépathie, et parfois même, réussissait l’exploit de le convaincre de venir passer une journée avec elle et Darien. Ce petit garçon était bien trop seul, elle ne pouvait pas laisser l’Alliance n’en faire qu’un jouet de pouvoir… Et puisque la Lune est assez stupide pour condamner à mort son propre enfant… Alors Sirwen prenait la responsabilité d’en faire quelqu’un de bien. Et d’heureux, dans la mesure du possible…

Souvent également, elle essayait d’aller rendre visite à la famille de Derfel, appréciant beaucoup la compagnie de ses frères et sœurs, ainsi que de son père… Même si, il faut bien l’avouer, le surnom qu’il lui avait donné, et qui depuis, ne la quittait pas, avait légèrement tendance à lui taper sur les nerfs. Et quand bien même elle passait avec eux d’agréables moments, Derfel était omniprésent durant ces instants dans son esprit, ce qui ne l’aidait pas beaucoup…

Ce qui l’aidait, c’était de voir grandir la chair de sa chair, sous ses yeux émerveillés, et de pouvoir lui apprendre tout ce qu’elle savait. Elle en vint même à lui apprendre à tirer à l’arc, et bien vite se succédèrent également des leçons bien plus ennuyantes, pour lui enseigner la lecture, l’écriture et le calcul, en elfique, autant qu’en humain. En somme, elle assumait autant qu’elle pouvait l’éducation de son enfant, en attendant le retour d’un père… et d’un mari.

_________________
Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Tek070423c73c70sd6

Une goutte de pluie enfante l'océan... "Nèn mistëo ona i ëar..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darien Cadarn

Darien Cadarn

Nombre de messages : 124
Localisation : Au bord du Fleuve d'Enr
Date d'inscription : 14/08/2005

Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Re: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:38

Darien est un petit garçon qui ne cherche pas trop les complications… Surtout quand il s’agit de sa mère. Il n’a pas été aveugle au point de ne pas se rendre compte que le silence de sa mère voulait dire beaucoup trop de choses. Lui, a donc décidé de ne plus reparler de son père en présence de Sirwen, parce qu’il a bien compris de lui-même, que cela faisait pleurer sa maman. Et s’il y a bien une chose qu’il ne supporte pas, c’est qu’on fasse pleurer sa maman… Alors, oui, comme convenu, il s’est mis à faire des visites à Derfel, quand il sentait que son père lui manquait de trop, et qu’il avait besoin de lui parler… Mais Darien avait surtout peur de laisser sa mère trop longtemps sans protection. Il lui fallait quelqu’un avec elle… Alors le petit garçon culpabilisait chaque fois qu’il l’abandonnait pour rendre visite à Derfel… Une situation pas vraiment commode, pour un si petit enfant qui a encore bien du mal à comprendre toute les nuances de l’amour.

S’il ne comprenait pas encore bien pourquoi ses parents s’étaient séparés, jamais il ne se permit de reposer la question. Et s’il a réussi à pardonner à son père de l’avoir abandonné comme ça, grâce à leur discussion lors du mariage de Fëanor et Lùthien… Il demeure encore une certaine rancœur contre Derfel, dans sa tête… Parce que Derfel a fait pleurer sa maman, presque tous les soirs. Darien n’est pas stupide, il le sait bien, quand sa mère pleure, même si elle veut le cacher, et qu’elle s’en va toute seule, dans un arbre un peu plus loin. Elle est là-bas, sur une branche, allongée, les yeux grands ouverts observant le ciel, et ses cheveux blonds tombent dans le vide, comme une cascade d’or. Elle est si belle, sa maman, dans ces moments-là, mais si triste… Non, personne n’a le droit de faire pleurer sa maman. Même pas son Papa…

Pourtant, Darien reste un petit garçon comme les autres, fidèle à sa réputation de dynamite ambulante. Autrement dit, il n’a perdu aucune occasion de s’amuser, de rire… et de faire des bêtises, fort rigolotes, de son point de vue. Quand sa mère invitait Yürlaeck à la maison, il l’accueillait bien volontiers et l’entraînait faire les quatre cent coups avec lui… Mais il faut bien avouer que son compagnon favori de jeu, c’était tout de même le petit Tinuviel, parfois accompagné de sa placide sœur. Darien n’a cessé de faire des allés et retour inopinés entre sa maison et celle du petit Ange d’Oubli, cherchant toujours un nouveau moyen de s’amuser et de faire rire son ami. Parce que le rire de Rhys, il l’adore… Parfois, sa mère l’accompagnait jusque chez les Tinuviel, et tandis que Darien jouait avec les jumeaux, elle s’entretenait avec Lùthien, passait un peu de temps avec elle, et venait même l’aider à sa boutique, quelque fois…

Mais Rhys n’est pas le pire complice de Darien, dans ses frasques… Non, la pire de tous, c’est toujours la petite Ambre. Le garçon d’Espoir s’est apparemment trouvé une adversaire à sa taille, aussi inépuisable que lui, et certainement tout aussi tête brûlée… Alors quand il ne rendait pas visite à Rhys, il partait s’amuser à Tyno, retrouvant Ambre, mais également son amie Luaine, son « Tonton Kent », Lucius parfois, et tous ceux résidant là-bas, avec qui il s’entend à merveille. Darien est du genre à aimer tout le monde, et adopte les gens avec une facilité déconcertante… Il apprécie d’ailleurs beaucoup le petit frère d’Ambre, même s’il a un peu de mal à jouer avec lui, vu la nature plutôt passive de Kilinen.

Pour ce qui est de son éducation – puisqu’il ne faut pas croire, il ne passe tout de même pas tout son temps à s’amuser, voyons ! – privé de l’omniprésence d’un père, Darien s’est mis inconsciemment à compenser ce manque en piochant dans chaque personnalité des hommes de son entourage, pour se constituer une palettes plutôt impressionnante de différents caractères. Pour devenir un homme, il avait plusieurs choix possible… Derfel restait son père, même lointain. Mais Fëanor représentait pour lui la figure du puissant, de celui qui pouvait tout. Et il passait un temps considérable à s’entraîner avec lui, Rhys et Leyse. Depuis la mort de Thanatos, le Maître de l’Oubli était le plus apte à aider Darien à contrôler son pouvoir… Et le petit garçon s’était donc mis à apprendre, grâce à ses explications, beaucoup plus de choses, même s’il ne les maîtrisait pas encore, telles que la métamorphose, par exemple, et cette manière qu’ont les jumeaux de se vieillir aussi facilement…
D’un autre côté, il y a aussi non loin de lui Lévon, qui représente plutôt une sorte de complice, celui à qui on confierait ce qu’on a fait de mal, sans se faire gronder. Avec lui, Darien apprenait à chasser… En compagnie de Kent, il s’amusait beaucoup d’apprendre à soigner son allure et à toujours trouver un intérêt à l’image qu’il donnait. Car un Chevalier doit toujours être présentable… En observant Hélios, Darien apprit également la véritable valeur du mot Dame, et le concept du Chevalier servant lui plu beaucoup, tout comme la courtoisie et la douceur dont le Prince faisait preuve envers sa protégée. Tout cela, réuni pour donner un Darien en véritable quête d’identité…

Hormis le fait qu’il fréquentait depuis peu une école du village non loin de chez lui, sous une initiative de sa mère, qui souhaitait qu’il rencontre et se fasse des amis « normaux », Darien n’en oubliait certainement pas de passer le plus clair de son temps avec sa grande sœur, qu’il voit tous les jours. Avec elle, il apprit aussi beaucoup de choses… Car plus il grandissait, et plus il commençait à réfléchir sur son pouvoir, et le rôle qu’il devait avoir dans tout cela. Darien prenait conscience de l’importance de toutes ses interrogations, et finit par questionner Enimia sur tout ce que Thanatos avait pu lui expliquer au sujet de l’Espoir… Pour être prêt, et savoir ce qui pouvait l’attendre.

Et puis… une nouvelle bêtise à l’horizon ? Après avoir obtenu de Lucius les informations qu’il désirait, Darien s’est mis en tête de dénicher un pégase… Et quand Darien a quelque chose en tête, il est bien difficile de l’en déloger…

_________________
Rien n'est Blanc ou Noir.

Le Blanc, c'est souvent le Noir qui se cache, et le Noir, c'est parfois le Blanc qui s'est fait avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manwë
Raoul-Henry-Edouard De La Fontaine Eteinte Du Mytérieux Bois Perdu
Manwë

Nombre de messages : 345
Localisation : Royaume d'Estel
Date d'inscription : 13/03/2005

Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Re: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:40

Les plans de notre cher Manwë ont été un peu modifié, et ce ne fut pas pour lui déplaire, tant il était heureux du motif de ses modifications. En effet, ayant mis enceinte Melyonen le soir du mariage de Fëanor et Lùthien – il lui avait d’ailleurs fallu un certain temps et beaucoup d’allusions plutôt claires pour que Melyonen comprenne enfin ce qui lui arrivait – la Reine d’Estel ne pouvait pas se permettre de se balader au travers des Terres Inconnues dans un tel état. Il a donc été convenu qu’elle resterait à Tyno avec sa fille Luaine, et ses deux petits enfants, sous l’hospitalité de Kent.

Manwë, ne voulant pour rien au monde être éloigné de sa femme en un moment pareil, puis de sa petite fille, lorsque celle-ci fut née, ses recherches d’alliés, et toutes les missions qu’il entreprit dans l’espoir de rassembler des gens, et d’aider des victimes de la guerre entre l’Oubli et l’Espoir, furent pour le moins réduite aux alentours de Tyno. Parfois, il s’éloignait un peu plus, restant absent une ou deux semaines au maximum, mais il revenait toujours à bon port, et venait embrasser sa famille comme il se devait, restant avec eux plusieurs jours d’affilé, comme pour rattraper son absence. Car, fort de sa volonté de reprendre un Royaume qu’il chérissait, il se sentait aussi bien plus utile, soudainement. Peut-être se sentait-il plus Roi qu’il ne l’avait jamais été… alors même qu’il n’était plus grand chose.

Pourtant, les meilleurs moments qu’il passait étaient ceux avec sa femme, sa nouvelle fille Elen, ses enfants, petits-enfants, et autres amis… En somme, il aimait être simplement entouré de tous ses gens qu’il aime, et qui lui prouve à quel point il a pu réussir sa vie. Seul ombre au tableau : la perspective d’une guerre inévitable pour reprendre enfin Estel des mains de l’Alliance… Mais cette ombre s’évaporait à chacune des réunions « familiale » qui avait lieu à Tyno, où tous se réunissaient pour une journée placée sous le signe de la détente et de l’échange… Là, Manwë veillait avec un regard protecteur, sur toute sa grande famille… Et sur la femme qu’il aimera toujours ardemment…


La petite Elen est le fruit de cet amour si profond… Présentons-la un peu plus en détail… Elle est la plus jeune de tous les enfants de la famille, pour n’avoir que un an et demi. Elle demeure à Tyno, aux bons soins de sa mère, et grandit donc avec ses neveux, Ambre et Kilinen, qui sont pourtant plus âgés qu’elle, de quelques mois seulement, et en compagnie de sa grande sœur Luaine, qui s’occupe d’elle aussi bien que Melyonen elle-même. A côté de cela, elle croise aussi très souvent son grand frère Hélios, qui est très présent à Tyno. Elle connaît aussi très bien les jumeaux et leurs parents, qui viennent plutôt souvent, eux aussi, et même si elle est intimidée par Fëanora et Leyse, elle apprécie beaucoup Rhys et Lùthien. De fait, il lui est également impossible de ne pas connaître le fameux compagnon de bêtises d’Ambre, autrement dit, Darien, qu’elle trouve très rigolo…

En règle générale, c’est une petite fille très sage, plutôt du tempérament d’Hélios. Elle se montre très vite impressionnable, mais garde malgré tout un caractère de Reine. Si elle a peur, elle ne le montrera pas facilement, même malgré son jeune âge. C’est une enfant simple, gaie, qui sait s’amuser de très peu, et trouve la beauté en chaque chose. Elen s’émerveille très facilement de tout et de rien, et c’est également une bonne camarade de jeu, toujours partante, bien que nettement plus posée que Ambre. Elle sait parfaitement lorsqu’il faut s’arrêter, et où se trouve la limite à ne pas franchir, dans certain genre de bêtises. En outre, elle a une capacité à apprendre tout très vite.

Pourtant, tout n’est pas si parfait… La petite fille se sent effectivement perdue dans sa propre famille, à cause de la différence d’âge non négligeable. Elle prend ses neveux pour ses frères et sœurs, et ne sait pas du tout comment se comporter avec ses vrais frères et sœurs, qui sont de véritables adultes, à côté de l’enfant qu’elle est. Elle se sent donc un peu exclue de leur cercle, et par là même, moins proche d’eux que ses parents. Elle n’arrive pas, en somme, à trouver où est sa place…

Pour ce qui est de capacité particulière, Elen n’a rien de bien extraordinaire, ni de très puissant. Hormis les dons elfiques hérités tout naturellement de son père, elle a un pouvoir inné pour maîtriser la glace, à l’exemple de la mère, même si, à son âge, il est normal qu’elle ne sache pas du tout comment s’y prendre.
Quant à ce à quoi elle ressemble… ce n’est pas bien compliqué : elle est le portrait craché de sa mère, et de sa grande sœur. Elle arbore les mêmes yeux que son père et que Kilinen, d’une belle couleur de mousse des bois, et une chevelure déjà longue, semblable à celle de Melyonen. Elle n’est pas très grande pour son âge, mais est pourvue de magnifiques ailes d’un blanc pur, héritées de sa mère, qui complètent les traits fins elfiques de son visage à la perfection. Elen adore s’habiller de robes toutes plus adorables les unes que les autres, comme une véritable petite princesse…


Alors bien sûr, avec une enfant pareille, Manwë a de quoi être aux anges… Et lui céder tout ce qu’elle souhaite, pourvu qu’elle lui sourit…

_________________
"Elen silà lumenni omentielvo" " Une étoile brille sur l'heure de notre rencontre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lévon dan Ivor
Léo
Lévon dan Ivor

Nombre de messages : 245
Localisation : Partout et nulle part
Date d'inscription : 03/01/2005

Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Re: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:41

Et au niveau « papa comblé », Manwë n’est pas le seul, bien au contraire… Lévon a vécu au côté de sa fille et de Keela deux années tout à fait plaisantes à ses yeux. Bon… Comme toute famille qui se respecte, tout ne peut pas être parfait, et il est vrai qu’il a eu quelques inquiétudes quant aux pouvoirs de sa fille, sa capacité à les diriger, et toutes ces responsabilités qu’il ne voulait pas pour elle…
Suite à sa proposition qui avait été mal comprise par Enimia, Lévon était en quelque sorte devenu son conseiller particulier, et même si cette position ne lui plaisait pas énormément, car elle lui donnait l’impression de ne pas laisser à sa fille son libre-arbitre, il faisait tout pour l’aider, et lui expliquer tout ce qu’elle ne comprenait pas… de la façon la plus objective qui soit, en essayant d’oublier peu à peu sa rancœur contre l’Espoir. Ou plus précisément, contre Thanatos…

Car Thanatos était toujours présent dans son esprit… Même mort, il représentait encore une menace pour Lévon, comme s’il avait constamment peur qu’il vienne lui voler sa fille, et faire encore souffrir celle qu’il aime… Bien sûr, tout cela n’étaient que craintes irrationnelles, et au fur et à mesure que les jours et les mois s’écoulèrent, ses craintes ne devinrent plus qu’une sorte de souvenir, laissant place à une simple envie de protéger sa famille, et d’être heureux, tout simplement…

Il s’évertuait d’ailleurs à offrir à ses deux femmes une vie simple, mais agréable. Avec l’aide des gens du village, il avait arrangé un peu leur maison, et grâce à l’argent gagné par Keela en jouant à ce sport qu’il ne connaissait pas, ils ne leur avait pas fallu énormément de temps pour obtenir tous les meubles et autres commodités de la vie dont ils avaient besoin. Il était heureux de voir que la Lycane ait trouvé une occupation qui l’empêcherait de trop ruminer tous les traumatismes qu’elle avait vécus.

Ils vivaient donc non loin de la plage, regardant leur petite fille devenir grande, et vouloir imiter sa mère. Lévon était incroyablement fier d’Enimia, et il en vint très vite à oublier qu’elle n’était pas sa fille biologique. Ce n’était qu’un détail qu’il ne voulait se souvenir. Un détail bien futile face à la joie d’être en famille… Une vraie famille.
Lui-même, pour subvenir à leurs besoins, avait fait de la chasse son travail, et fort de ses nouvelles particularités de Lycans, il ne revenait jamais bredouille. Même si, il fallait bien l’avouer, être Lycan, il n’en avait pas encore bien l’habitude, et c’est aux côtés de Keela qu’il apprit comment se faire à sa nouvelle apparence, à ses nouveaux dons, et surtout, à sa nouvelle vie. Il n’avait pas encore les réflexes de se servir de tout ce qu’il pouvait faire de mieux qu’un humain, pour la simple et bonne raison qu’il se voyait toujours comme un humain. Quelque fois, au cours de quelque unes de ses chasses, il rencontrait Darien, et l’emmenait avec lui à la suite du gibier, avant de le ramener chez sa mère, pour discuter un peu avec elle, et l’inviter à la maison. Il n’aimait pas la savoir aussi seule, et incitait Keela à lui tenir compagnie, quelque fois…
D’autre fois, sachant où se trouvait son ami Lucius, il lui rendait visite à Tyno, et apprenait à mieux connaître les membres de la famille d’Estel qui y résidait. Peu à peu, tout ce beau monde lui parut fort sympathique, même s’il craignait toujours autant la présence de la petite Leyse, non loin de sa fille.

Keela… Elle avait subi tellement de choses, que Lévon s’était évertué, durant ces deux ans, à cicatriser lentement et sûrement ses blessures, par tout le bonheur dont il l’entourait. C’était un homme amoureux, d’une patience exemplaire. Il savait qu’elle avait un sérieux traumatisme, et qu’avec ses deux viols par Thanatos, elle ne pouvait pas s’en remettre en peu temps… Après tout, la seule chose qu’elle ait connu de l’amour physique, c’était ces deux épreuves. Alors le Rôdeur attendit. Il mit tout en œuvre pour la rendre plus à l’aise, plus en confiance avec lui, tout en attendant patiemment qu’elle lui dise un jour qu’elle était prête. Prête à le voir comme il était… à le regarder dans les yeux en lui faisant l’amour.
Mais même si les deux Lycans s’étaient indéniablement rapprochés, et semblaient à présent plus intimes au bout de ces deux années… ils n’en étaient pas encore à ce stade.

_________________
Les rois peuvent me diriger, mais je reste seul gardien de mon âme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kilinen

Kilinen

Nombre de messages : 51
Localisation : Angleterre, Londres
Date d'inscription : 16/02/2006

Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Re: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:42

Kilinen est donc le fils de Luaine et d’Orphée… A ce titre, il a déjà une particularité en commun avec sa grande sœur : il est à moitié mort. Agé de deux ans, à peine quelques jours de moins que Ambre, c’est un petit garçon roux aux cheveux longs, presque toujours attachés en catogan. Ses yeux sont d’une couleur entre le vert et le noisette, exactement comme ceux de son grand père. Pour son âge, il est déjà plutôt grand, et arbore des joues toujours un peu rosies, en se baladant continuellement avec un mouchoir gris qu’il mâchouille dès qu’il est intimidé ou qu’il s’ennuie. Apparemment, cet étrange mouchoir lui fait office de « doudou », et personne n’a jamais eu le courage de l’en détacher. Chacun ses goûts…
En dehors de ses joues roses, son teint est très pâle, fantomatique, ce qui n’a rien de surprenant vu son état de mort-vivant, et il possède également les mêmes marques rouges que sa sœur dans son dos, qui le font parfois souffrir, même s’il n’ose pas toujours le faire remarquer.

Car Kilinen est un petit garçon très discret, effacé, et d’une timidité presque maladive. Il a souvent une tendance à se cacher derrière l’aplomb de sa grande sœur, et est vite intimidé, surtout par les jumeaux, ainsi que son oncle et sa tante : Fëanor et Lùthien, tous deux de forte personnalité. Il parle très peu, tout simplement parce qu’il n’ose pas, mais il sait très bien s’amuser, et peut être un camarade de jeu très drôle, quand on réussi à briser la glace avec lui. Kilinen cherche toujours à protéger sa sœur, même s’il donne l’impression que c’est l’inverse qui se produit. Etant plus calme que Ambre la tête brûlée, il a peur qu’elle ne se fasse un jour du mal.
C’est en partie pour cette raison qu’il n’apprécie pas vraiment Darien. Pour lui, le petit garçon d’Espoir pousse toujours Ambre à faire des choses dangereuses, et il est si proche d’elle que Kilinen a l’impression qu’il lui vole sa place de frère. D’autant plus que Darien se considère encore comme le protecteur de Luaine et d’Ambre, comme il l’a promis, et qu’il est prêt à tout faire pour elles.
En quelque sorte Kilinen souffre d’un fort complexe d’infériorité, et d’une jalousie profonde envers l’enfant d’Espoir, même s’il n’en montre jamais rien…
En outre, il peut aussi parler à son père, de la même manière que sa sœur, en émettant des signaux lumineux vers les étoiles…

_________________
Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Tek070425ccbc78cj8
Tels deux papillons de nuit qui se heurtent maladroitement,avec la même légèreté leur lèvres entrèrent en contact...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lùthien Tinuviel
Lucy Pevensie
Lùthien Tinuviel

Nombre de messages : 521
Localisation : Les Montagnes Grises, Estel
Date d'inscription : 25/03/2005

Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Re: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitimeSam 8 Sep - 15:44

Chez les Tinuviel, on s’est évertué durant ces deux ans à passer pour une famille tout ce qu’il y a de plus normal… Dans la mesure du possible, bien évidemment, avec des enfants si instables, et les parents… qui ne sont parfois pas beaucoup mieux.
Pourtant, tout s’est plutôt bien passé, et avec quelques efforts, une sorte de rythme quotidien a été mis en place… En très peu de temps, Lùthien a réussi à installer comme il se devait sa boutique, et avec l’aide de son fils, a rassemblé un maximum de plantes et autres ingrédients indispensables. Rapidement, elle a ouvert son commerce avec – on ne le cache pas – une véritable appréhension. Car Lùthien, bien que ravie de sa nouvelle vie, de ses enfants, de son mari aimant… n’était pas encore bien à l’aise avec le monde extérieur, ne l’ayant pas beaucoup côtoyé durant sa vie. Pourtant, à sa plus grande surprise, elle trouva sa première semaine de travail, de dialogue, d’échange et de conseils avec les gens du village plutôt agréable. Très vite, elle prit goût à cette nouvelle fonction, et travailla bientôt autant pour l’argent, que pour son propre plaisir.

Elle ne cachait à personne qu’elle était une femme absolument comblée, et on peut dire qu’il ne se déroulait pas une seule journée sans qu’elle ne reste en contemplation devant son alliance pendant au moins cinq bonnes minutes d’absence. Elle était amoureuse, en somme, et le resterait toute sa vie… Fëanor, bien sûr, n’était pas toujours là, mais elle ne pouvait pas le lui reprocher. Après tout, il était Maître de l’Oubli, il avait des obligations à ne pas négliger… Et si un jour il fallait reprendre Estel, ils devaient être prêts. Lùthien espérait pourtant reculer cette date autant que possible. Non pas qu’elle ne veuille pas se battre au nom de Melyonen et de la paix entre l’Oubli et l’Espoir… Mais plutôt qu’elle craignait que tout ne chamboule sa vie si parfaite.

Parfaite, ou presque… Parce qu’elle ne vivait pas avec sa mère, comme on aurait pourtant pu le croire. A vrai dire, ce n’était pas de sa faute… Elle-même, avait décidé d’installer Hyellë chez elle, et de la protéger autant qu’elle le pouvait d’une menace qui n’avait pas totalement disparue. Mais évidemment… Son mari n’avait pas forcément apprécié cette idée. Fëanor avait donc proposé d’installer Hyellë à Tyno, de manière à ce que Hélios puisse s’en occuper autant qu’il le pouvait, tout en aidant Manwë dans ses recherches. C’était une solution sage, et Lùthien, malgré quelques difficultés, avait fini par s’y plier de mauvaise grâce… Que sa mère soit si loin n’était pas un si gros problème, finalement, avec sa capacité à se télétransporter. Ce ne fut donc pas un problème majeur…

Ce qui l’était un peu plus, en revanche, c’était lorsque Fëanor décidait d’emmener Leyse avec lui, pour la plus grande joie de celle-ci – même si elle n’en montrait pas grand chose, c’était évident -. Non pas que Lùthien n’ait pas confiance en lui… Mais laisser sa fille s’abreuver ainsi d’Oubli, ce n’était pas rassurant. Pourtant, Leyse grandissait tranquillement aux côtés de son frère, n’était jamais agressive envers Darien ou n’importe quel membre de l’Espoir, et plus jamais il n’y eut d’incident semblable à celui du mariage. En somme… les jumeaux étaient presque normaux. Mais Lùthien savait qu’il fallait les entraîner à maîtriser leurs pouvoirs, pour les protéger… Alors elle laissait parfois son mari les emmener tous les deux, ou uniquement Leyse, lorsqu’il avait une mission pas très dangereuse à accomplir.

Il rentrait tous les soirs, ou presque, et pour cela, Lùthien ne pouvait pas se plaindre… Pour un mari aussi plein de responsabilités que son Fëanor, il était nettement présent. Il prenait même le temps, lorsque son armée n’avait pas besoin de lui, de rester la journée à la maison, et apprenait à ses enfants à se défendre et à gérer leur pouvoir. Dans ses moments, Leyse se montrait particulièrement attentive, et n’émettait pas la moindre protestation lorsque Darien se joignait à leur cours… Mais lorsque Fëanor était occupé, et que les deux jumeaux restaient aux bons soins de Lùthien, elle se mettait en devoir de leur apprendre des choses bien plus basique, pour éviter d’avoir à les mettre à l’école, ce qui serait un risque qu’elle n’était pas prête à prendre…

En somme, ils avaient réussi à créer une sorte d’équilibre plutôt stable, mais ne se refermaient pas pour autant sur eux-mêmes. Lùthien emmenait souvent ses jumeaux à Tyno, passer du temps avec Ambre, Kilinen, et Elen, tandis qu’elle-même prenait des nouvelles de sa mère, et discutait avec Luaine et Melyonen. Tout cela dans une ambiance conviviale qu’elle trouvait absolument délicieuse.
Parfois, c’était la visite de Sirwen, qu’elle recevait, et dont elle acceptait l’aide à la boutique, en essayant de ne pas trop paraître comblée, histoire de ne pas la déprimer plus que ça devait être le cas… Mais son plus grand assistant à la boutique restait indéniablement son petit Rhys.


Quant à Hyellë… Il n’y a pas grand chose à en dire. Ayant en son Prince une infinie confiance, elle n’avait pas discuté le moins du monde lorsqu’on lui avait annoncé qu’il serait plus sage qu’elle vienne habiter à Tyno. A vrai dire, puisqu’elle ne savait pas du tout où cet endroit se situait, cela arrangeait bien les autres… Elle ne fit donc aucune manière à venir s’installer là-bas, à la seule condition que son protecteur reste non loin d’elle. Ce qu’il fit…
Alors Hyellë, au fur et à mesure des mois, apprit à ne plus vivre seule… Au départ elle restait la journée entière dans sa chambre, effrayée par le bruit des enfants jouant dans la pièce d’à côté, ou tout se remue-ménage de gens dans cette maison étrangère. Mais peu à peu, comme un animal qu’on apprivoise, elle sortit de ses retranchements… notamment grâce aux efforts d’Hélios, mais aussi à la gentillesse de tout ce monde autour d’elle. Bien sûr, sa confiance restait totale, seulement envers son Prince, et sa mère qui la voyait tous les jours… Mais elle s’attachait aussi peu à peu aux autres, et surtout à ces petits enfants qui sillonnaient les couloirs de la maison.

Au début, ils l’effrayaient… puis il l’attendrissaient. Elle perdit quelque peu sa frayeur légendaire pour s’ouvrir un peu plus à eux, et s’en occuper, de sorte qu’elle devint plus ou moins la « nourrice » de quelques occasions.
Et cette adaptation s’accompagna aussi d’une amélioration non négligeable de son vocabulaire et sa façon de s’exprimer… ce qui était certainement une bonne chose pour tout le monde. Lorsqu’elle put faire des phrases cohérentes, elle expliqua à Hélios pourquoi elle fuyait Yürlaeck ce jour-là : c’était très simple, en réalité. Elle s’était tout bonnement retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment, et avait surpris une discussion qui peut-être, était censée être secrète. Mais ce que son poursuivant ne savait sans doute pas, c’était qu’elle n’avait pas compris un traître mot de ce qu’elle avait entendu, et qu’elle n’était donc en aucun cas une menace.

Une menace, pourtant, il y en avait constamment une au-dessus de sa tête, que rappelait chaque jour cette étrange vague noire gravée sur son poignet…

_________________
Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Tek070423333d63fu5

On rencontre sa destinée, souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Empty
MessageSujet: Re: Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...   Ce qu'il s'est passé durant les deux ans... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce qu'il s'est passé durant les deux ans...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Solitudes du plus lointain passé...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quelque Part :: Hors Jeu :: En dehors de Quelque Part... :: Administration-
Sauter vers: